Bookmark and Share

L’association France-Asie a organisé une soirée débat au Fouquet’s le 6 octobre sur le Cambodge. Les salons du Fouquet’s étaient pleins, il y avait foule, notamment plusieurs étudiants de l’ESCE, pour écouter S Ex Nouth Narang, nouvel ambassadeur du Cambodge. S Ex Nouth Narang a pris ses fonctions depuis seulement quelques mois, puisqu’il a présenté ses lettres de créances au président de la République François Hollande en février.

Comme à l’accoutumé et vue la présence de nombreuses personnes nouvelles,Jean-Marie Cambacérès a présenté brièvement les buts et les actions de l’association France-Asie. Il a rappelé que depuis la dernière réunion, il était allé en Corée du sud, au Japon, deux fois en Chine et la semaine dernière au Kazakhstan.

Il a ensuite présenté S Ex Nouth Narang, qu’il a remercié de sa présence. Ce dernier a fait toutes ses études supérieures en France et a obtenu deux DES
de Tourisme et d’Urbanisme. Il avait ensuite entamé une thèse de Doctorat sur « l’urbanisme dans le Cambodge ancien » à Paris VII, mais le coup d’Etat de Lon Nol en 1970 ne lui a pas permis de continuer ses travaux sur le terrain. Après la signature des accords de Paris en 1991, il retourna au Cambodge et devint Ministre de la Culture et des Beaux Arts de 1993 à 1998, puis député de 1998 à 2003, à nouveau au Gouvernement comme secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme de 2003 à 2010. En 2010 il fut nommé ambassadeur du Cambodge auprès de l’Unesco et revint donc en France pour cela, puis depuis le début de l’année 2014, ambassadeur du Cambodge en France.

L’ambassadeur prit ensuite la parole et parla de son pays, en rappelant qu’avant toute chose pour comprendre le Cambodge actuel, il ne fallait pas oublier l’héritage du passé et le calvaire de la période Khmer Rouge. Il y a eu à cette période une rupture dans l’identité nationale, les relations ont été rompus par rapports aux valeurs, par rapport aux relations entre les hommes, par rapport aux relations entre les hommes et les femmes et par rapport aux institutions. La première chose est donc pour les autorités de forger un redressement national autour de l’école et de la pagode. Cela n’est pas facile car parallèlement il y a une poussée démographique qui fait qu’une jeunesse importante est plongée directement dans le monde moderne par internet et les téléphones portable, et souhaiterait tout de suite du travail et une société de consommation à « l’américaine », sans comprendre d’où vient le Cambodge et tous les efforts qui ont été faits depuis vingt ans pour le reconstruire. Il a rappelé que le Cambodge devait sa survie à la France qui a protégé son
existence à la fin du XIXème siècle face à ses puissants voisins. Les relations diplomatiques avec la France sont en train de redémarrer.
L’ambassadeur a appelé tous les hommes d’affaires présents à venir investir au Cambodge pour participer au développement du pays et pour maintenir la francophonie qui subit une concurrence de plus en plus forte de l’anglais auprès de la jeunesse.

S Ex Nouth Narang répondit ensuite à de nombreuses questions de la salle: sur la situation politique au Cambodge, sur le procès des Khmers Rouges, sur la sécurité pour le tourisme, sur la corruption, sur la relations avec les pays voisins, sur le bouddhisme, sur la santé, sur le système éducatif,
etc…

Tout le monde prit ensuite le verre de l’amitié, il faudrait dire le champagne de l’amitié et savoura l’excellent cocktail-dînatoire préparé par
le chef du Fouquet’s.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..