Bookmark and Share

Lettre France-Asie n70

par Webmaster 20/07/2016

50e anniversaire de la Révolution Culturelle

Il y a cinquante ans débutait en Chine la Révolution Culturelle et naissaient les Gardes Rouges. Cet épisode sanglant de l’histoire permit à Mao Zedong de reprendre le pouvoir.

Le mouvement des Gardes Rouges naît sous la forme d’un dazibao (grand journal mural) écrit par de jeunes cadres maoïstes de l’Université de Pékin et affiché le 25 mai 1966 sur le mur de la cantine. La pétition s’attaque à la direction de l’Université décrite comme un nid de « révisionnistes à la Khroutchev » incapables de mener la « révolution culturelle » invoquée par Mao et son épouse Jiang Qing. Des centaines d’autres journaux muraux apparaissent les jours suivants dans les universités. Le 29 mai, une pétition circule à l’initiative d’un étudiant de l’Université Tsinghua de Pékin intitulée « les Gardes Rouges de Mao Zedong ». Le mouvement est lancé.

En juin, le Parti et ses dirigeants essaient d’encadrer la contestation étudiante en envoyant des « équipes de travail ». Les plus turbulents des Gardes Rouges sont mis au pas. L’étudiant Kuai Dafu de l’Université Tsinghua est dénoncé comme contre-révolutionnaire et arrêté.
Mais la direction du parti s’est trompé sur les intentions de Mao qui, le 1er août, donne imprimatur au mouvement des Gardes Rouges en déclarant qu’il est « justifié de se rebeller » et qu’il faut « faire feu sur le quartier général ».

Après le 1er août, Mao fait démanteler les équipes de travail du Parti et fait libérer les Gardes Rouges tel Kuai Dafu. La rébellion se déchaine contre toutes les institutions au nom de la « grande Révolution Culturelle Prolétarienne ». Il y aura des milliers de tués à Pékin et à Shanghai.

La Chine connaîtra alors dix ans de chaos qui feront des millions de morts et sacrifieront toute une génération. Le Président Liu Shaoqi est écarté du pouvoir dès le mois d’août puis exclu du parti. Il mourra en prison en 1969. Fin 1966, à tous les niveaux, les dirigeants du Parti sont pris pour cible.
Le mouvement perdra de son ampleur après l’envoi à la campagne des Gardes Rouges, puis la mort de Lin Biao en 1971, mais il ne s’arrêtera vraiment qu’après la mort de Mao et l’arrestation de « la bande des quatre » fin 1976.

Puissance des banques chinoises

Selon le classement annuel du magazine professionnel The banker dévoilé le 29 juin, quatre des cinq premières banques du monde sont chinoises. Il s’agit de : ICBC, CCB, BCC et ABC A la première place, l’ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) avec 274 milliards de dollars de fonds propres.
Aux deuxième, quatrième et cinquième places, on trouve respectivement : CBC (China Construction Bank), BOC (Bank of China) et ABC (Agricultural Bank o f China). Seule la banque américaine JP Morgan Chase avec 200 milliards de fonds propres arrive à se glisser à la troisième place.

Les banques européennes ont perdu beaucoup de terrain depuis la crise. En 2006, elles avaient réalisé 42% des bénéfices bancaires mondiaux. Désormais, cette part n’est plus que de 16%. HSBC est la seule banque britannique du Top 10.
La France résiste : Crédit Agricole est la 11e banque mondiale et BNP Paribas la douzième.

Décès de Wu Jianmin

S. Ex. Wu Jianmin est décédé dans un accident de voiture à Wuhan le 18 juin à 4h du matin (heure en Chine). Jean-Marie Cambacérès connaissait bien Wu Jianmin et était en contact régulier avec lui. Ce dernier aidait toujours l’association France-Asie quand c’était nécessaire.
Wu Jianmin a été ambassadeur de Chine en France de 2003 à 2008, puis notamment, président du Bureau International des Expositions (BIE) et président de l’Université Diplomatique de Chine. Il venait d’être élu co-président du SEES (Sommet des Entreprises Sino- Européennes). Agé de 77 ans, chevalier de la Légion d’honneur, parlant remarquablement français, il était un promoteur infatigable des relations francochinoises.
Il avait été très présent à Pékin pour les manifestations organisées par la Fondation Charles de Gaulle en 2014 pour le cinquantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine en 1964.
Jean-Marie Cambacérès et l’Association France-Asie adressent toutes leurs condoléances à ses proches et aux Autorités Chinoises.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..