Bookmark and Share

Lettre France-Asie n57 Chine

par Webmaster 4/04/2013

Xi Jinping et Li Keqiang officiellement investis

Le 14 mars, Xi Jinping, Secrétaire Général du Parti Communiste Chinois a été désigné à la quasi-unanimité par l’Assemblée Nationale populaire en session à Pékin depuis le 5 mars, comme Président de la République. Le lendemain, sur sa proposition, Li Keqiang, numéro 2 du PCC, a été désigné comme Premier ministre, lui aussi à la quasi-unanimité.
Les nouveaux dirigeants se sont engagés à s’attaquer à certaines baronnies administratives, comme les administrations de la censure, unifiées sous une même tutelle, la planification familiale rattachée au Ministère de la Santé et le Ministère des Chemins de Fer démantelé.
Ils ont aussi mis l’accent sur la nécessité d’une croissance plus respectueuse de l’environnement et davantage tournée vers la consommation intérieure et sur la lutte contre la corruption, la pollution et pour la sécurité alimentaire.
Un des aspects spectaculaires de cette corruption est la fuite des capitaux hors de Chine évaluée à plus de 200 milliards de dollars par an.
Certains spécialistes ont cru déceler dans les discours la volonté de réformer le système du hukou (le fameux permis de résidence qui prive plus de 200 millions de travailleurs migrants des avantages sociaux dans les grandes villes) et du laogai (les camps de rééducation par le travail) qui concernerait 160000 Chinois détenus en dehors de toute procédure judiciaire.
Aucun signe de réforme politique n’a été décelé. Au contraire, le nouveau Président de la CCPC, Zu Zhensheng, a rappelé que le système chinois n’imiterait en aucune circonstance les systèmes politiques occidentaux.
Par ailleurs, dans un de ses premiers discours, le nouveau Président Xi Jinping a appelé à « la grande renaissance de la nation chinoise » et a exhorté à renforcer les capacités de l’armée chinoise pour la rendre apte à « remporter des combats ».
Le nouveau gouvernement chinois pourra s’appuyer sur une croissance qui devrait tourner autour de 8% en 2013. Elle avait été de 7,8% en 2012 (le plus bas niveau depuis 13 ans) mais avait atteint 7,9% au 4e trimestre 2012 contre 7,4% au 3e trimestre.

Pollution et santé publique

La pollution à Pékin devient de plus en plus forte, selon le quotidien d’Etat China Daily. Le nombre des cancers du poumon à Pékin aurait augmenté de 60% au cours des dix dernières années. La Municipalité de Pékin envisage des mesures d’urgence : fermetures d’usines, réduction des émissions de charbon, interdiction de certaines catégories de véhicules, etc…
Shanghai a été touchée par un autre type de pollution qualifiée par la presse de « crise des cochons flottants ». Pendant plusieurs semaines, depuis la mi-février, des milliers de cochons morts flottant ont dérivé sur le fleuve Huang Pu qui traverse Shanghai (plus de 15000 cadavres auraient été repêchés selon les autorités). Ces cochons seraient morts d’un virus et étaient recyclés auparavant par la mafia dans l’alimentation humaine. Mais après la lutte contre cette pratique et la création d’un service officiel de ramassage, les paysans ne pouvant pas payer la collecte officielle des cochons morts de maladie préfèrent les jeter dans les cours d’eau.
Par ailleurs six personnes sont mortes à Shanghai de la nouvelle souche H7N9 du virus de la grippe aviaire. Les autorités ont ordonné l’abattage en masse d’élevage de volailles et la désinfection des locaux et véhicules de transport.
Mais certains médecins mettent en parallèle l’émergence du nouveau virus et les quelques 15000 carcasses de cochons découvertes dans le fleuve et ses affluents. Les porcs font en effet souvent office de « pont » entre les volailles et les humains pour la transmission du virus de la grippe.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..