Bookmark and Share

Lettre France-Asie n56 Chine

par Webmaster 23/01/2013

Congrès du Parti Communiste

Le Congrès du Parti Communiste s’est tenu le 8 novembre. La date a été reportée plusieurs fois tant les luttes internes ont été exacerbées et violentes, plus qu’elles ne l’avaient jamais été ces dix dernières années. La cause en était sûrement la nécessité de renouveler presque complè-tement le Comité Permanent du Bureau Politique à cause de la limite d’âge de ses membres.

Le PCC a près de 83 millions d’adhérents et 2270 délégués se réunissent tous les cinq ans. Le Congrès élit le Comité Central qui lui-même désigne le bureau politique (25 membres). Ce dernier a désigné les sept membres (auparavant 9) qui ont été présentés le 15 novembre à la presse, à savoir : Xi Jinping (Secrétaire général qui remplacera Hu Jintao comme Président), Li Kejiang (qui remplacera Wen Jiabao comme Premier ministre), Liu Jun shan, Zhang Dejiang, Zhang Gaoli, Yu Zhongsheng et Wang Qishan. Aucune femme n’a été nommée dans le saint des saints.

Ces nominations seront entérinées par l’Assemblée Nationale Populaire, pour les fonctions concernant l’Etat, fin mars.

La ligne générale de la politique du pays vers l’ouverture ne semble pas devoir changer mais Xi Jinping (fils de Xi Zhongxun, un compagnon de Mao) devra s’atteler à de nombreux dossiers : lutte contre la corruption, les inégalités considé-rables en Chine, la réorientation de l’éco-nomie vers le marché intérieur, les relations de la Chine avec les Etats-Unis, l’évolution vers un état de droit (quid des camps de travail ?), sujets auxquels il faudra rajouter la situation au Tibet. En effet, les immolations par le feu (6 au cours du dernier trimestre 2012, une centaine depuis trois ans) sont autrement plus préoccupantes pour le gouvernement que les manifestations. Car elles interpellent plus la société chinoise à cause des répercussions qu’elles ont sur la « toile » malgré la censure. Même les intellectuels chinois commencent à briser le silence.

Le nouveau passeport froisse les pays voisins

Avec sa puce électronique, le nouveau passeport biométrique chinois est censé résister aux fraudeurs. Mais depuis la mi-novembre, il alimente surtout la polémique avec les pays voisins. La cause en est une carte imprimée à l’intérieur qui inclut dans l’espace chinois l’ensemble de la Mer de Chine méridionale, alors que plusieurs îles de cette zone sont revendiquées par d’autres Etats, et deux territoires contestés par Pékin et New Delhi.

Economie

Au moment où les relations commerciales se tendent entre la Chine d’une part et les USA et l’Europe d’autre part, l’économie chinoise a commencé en fin d’année à rebondir. La production industrielle a affiché une croissance à deux chiffres (+10,1% sur un an). Le chiffre de la consommation des ménages a enregistré une progression de 14,9%. Les économistes attendent maintenant une hausse du PIB pour 2012 de 8,6%.

La société Lenovo devient numéro un mondial des PC avec la vente de 13,8 millions de PC, raflant la première place à l’américain HP qui n’en a vendu que 13,5.

La ville chinoise de Chengzhu va inaugurer le plus grand bâtiment du monde d’un seul tenant. Ce parallélépipède de 100 mètres de haut, de 500 de long et de 400 de large proposera une surface totale de 1,7 millions de m2 dont 400000 m2 destinés à des boutiques haut de gamme.

Le 26 décembre, la Chine a inauguré la plus longue ligne de TGV du monde de 2298 km entre Pékin et Canton (le prix est de 200 euros aller-retour). Ce trajet s’effectuera en 8h (contre 22 actuellement) avec une rame roulant à 300 km/h en moyenne. Après le moratoire survenu après l’accident de Wenzhou (40 morts en 2011) et les scandales de corruption au Ministère des Chemins de Fer, Pékin relance la construction des TGV et veut avoir 16000 km de lignes en 2020.

La banque française Crédit Agricole a cédé au courtier chinois Citics Sécurité toutes ses parts restantes (80%) de CLSA, sa filiale asiatique de courtage pour la somme de 736 millions d’euros.

Mo Yan, Prix Nobel de littérature

Mi-octobre, le Prix Nobel de littérature a été attribué à l’écrivain chinois Mo Yan. Né en 1915 dans le Shandong et auteur de 80 livres, il est publié en France depuis 1991 avec le Clan du sorgho à Actes Sud.

Le Quotidien du Peuple et l’Association Officielle des Ecrivains Chinois s’en sont réjouis, ne pouvant pas cette fois critiquer l’académie suédoise. Mais ce sont les milieux « libéraux » qui ont exprimé leur déception sur ce choix, jugeant Mo Yan trop lié aux autorités chinoises.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..