Bookmark and Share

Lettre France-Asie n55 Japon

par Webmaster 12/10/2012

Politique

Sur fond de manifestations anti-nucléaires (le 29 juillet, des milliers de Japonais se sont mobilisés à Tokyo) et de tensions avec la Chine, les partis préparent les élections législatives anticipées qui pourraient avoir lieu avant la fin de l’année.

Le 26 septembre, le Parti Libéral Démocrate (PLD) a élu à sa tête l’ancien Premier ministre (2006-2007) Shinzo Abe.

Cette élection est significative d’un virage à droite de la première formation d’opposition. Le PLD avait perdu le pouvoir en 2009 face au Parti Démocrate.

Un nouveau ministre des Finances

Le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda a procédé le 1er octobre à un remaniement de son gouvernement et a nommé le député Koriki Jojima nouveau Ministre des Finances qui remplace Jun Azumi. Ce dernier va remplir les fonctions de secrétaire général du Parti Démocrate du Japon, actuellement au pouvoir.

Economie

Le 31 juillet, le ministre des affaires intérieures a annoncé que le taux de chômage avait diminué d’un dixième de point en juin à 4,3% de la population active. La consommation des ménages a augmenté de 1,6% pour le cinquième mois d’affilée.

Japan Airlines

Japan Airlines a levé 6,4 milliards d’euros lors de son retour au Tokyo Stock Exchange, moins de trois ans après avoir fait faillite. Programmée pour le 19 septembre, Japan Airlines a levé 6,4 milliards d’euros grâce à la vente de 175 millions d’actions à un prix unitaire de 3 790 yens (36,6 euros). C’est un sacré retournement de situation économique pour Japan Airlines qui avait dû déposer le bilan en janvier 2010 alors qu’elle croulait sous plus de 2 300 milliards de yen de dettes (22 milliards d’euros). Le gouvernement japonais avait injecté dans le groupe près de 2,2 milliards d’euros et ouvert une ligne de crédit de 5,8 milliards d’euros afin que Japan Airlines puisse continuer à voler durant sa phase de restructuration. Des aides que le groupe devrait rembourser avec les fonds levés grâce à son introduction en Bourse.

Tensions entre la Chine et le Japon

Depuis l’annonce par Tokyo, le 10 septembre, de la « nationalisation » des îles Senkaku, revendiquées par la Chine sous le nom de Diaoyu, les réactions chinoises se sont faites chaque jour plus virulentes. Pékin rappelle que la Chine n’acceptera plus d’être « intimidée » et défendra le territoire « sacré » de la patrie.

Il n’est pas interdit de penser que ce raidissement de Pékin est lié aux difficultés internes du PCC avant le 18e congrès, le régime tentant de polariser l’opinion sur un « ennemi extérieur » pour faire oublier les problèmes politiques, économiques et sociaux internes.

Plusieurs milliers de personnes chinoises se sont rassemblés samedi le 15 septembre devant l’ambassade japonaise à Pékin pour dénoncer le rachat par Tokyo d’un groupe d’îles revendiquées par la Chine. D’autres séries de manifestations antijaponaises ont été organisées dans les semaines dans les autres 15 grandes villes, Shanghai, Xian, Suzhou, Changsha et Nankin, etc… Des entreprises et des bâtiments japonais ont été brulés et fermés. Les conflits des îles Senkaku pèsent sur les relations économiques entre ces deux pays. Cette fois, les consommateurs chinois appellent au boycott des produits japonais. De plus, les échanges entre ces deux pays pourraient être durablement affectés.

Pourtant ce projet d’’achat par le gouvernement japonais des terres sur ces îles est plutôt un point positif pour éviter que ces terres ne passent aux mains nationalistes japonaises promptes à faire des provocations. Le gouverneur de Tokyo, très nationaliste, avait en effet annoncé qu’il se portait acquéreur des îlots Senkaku.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..