Bookmark and Share

Lettre France-Asie n52 Corée du Nord

par Webmaster 10/12/2011

Décès de Kim Jong Il

Le décès de Kim Jong Il intervenu le samedi 17 décembre a retardé les plans de l’administration américaine qui s’apprêtait à annoncer une amélioration des relations avec Pyong Yang suite à la reprise du dialogue qui s’était amorcée pendant le 3e trimestre.

La dépouille du défunt recouverte d’un linceul rouge a été exposée dans une salle du mausolée Kumsusan pour accueillir le long défilé des personnalités officielles venues lui rendre hommage. Dans la moindre bourgade ont été dressés des autels avec la photo de Kim Jong Il, et a Pyong Yang, des foules secouées de sanglots ont exprimé leur chagrin que les medias occidentaux ont trop souvent com-menté comme étant uniquement contraint.

Les obsèques ont eu lieu le 28 décembre. Son fils, Kim Jong Un, a été désigné comme le « grand héritier », mais il lui faudra peu à peu assurer son pouvoir. Il pourra compter sur sa tante Kim Kyong-Hui, général quatre étoiles et membre du Bureau politique du Parti du Travail, sœur de Kim Jong Il, ainsi que sur l’époux de celle-ci, Jang Song Taek, Vice-président de la commission de la Défense nationale. L’armée, quant à elle, semble acquise à cette succession depuis le début du processus lors de la conférence du Parti du Travail en septembre 2010.

Le 31 décembre 2011, Kim Jong Un a été nommé Commandant en Chef des Forces armées.

La Corée du Sud n’a pas su profiter du décès de Kim Jong Il pour faire un geste tourné vers l’avenir. Toutes les délégations de Coréens du sud souhaitant se rendre à Pyong Yang pour présenter leurs condoléances ont été interdites sauf celle composée de la veuve du Président Kim Dae Jung et de la Présidente du groupe Hyundai. Le Président Lee Myung-bak a refusé d’adresser ses condoléances.

Le camp occidental, USA, Japon et certains pays européens dont la France, en refusant de s’associer à la minute de silence protocolaire à l’ONU, ont aussi raté une occasion de jouer un rôle significatif dans le futur et a laissé la Chine seule assurer la transition dans la stabilité et gagner les fruits des progrès éventuels futurs garantis par la reprise du dialogue.

Le Président Hu Jin-Tao s’est rendu lui-même le mardi 20 décembre à l’Ambassade de Corée du Nord à Pékin pour présenter ses condoléances. La Chine va aussi poursuivre ses efforts pour encourager son allié à poursuivre les réformes économiques assez avancées et qui sont loin d’être sans résultats contrairement à ce que prétendent certains commentateurs occidentaux.

En conclusion, sur tous les plans, il faut s’attendre à une grande continuité de la politique Nord-Coréenne.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..