Bookmark and Share

Lettre France-Asie n51 Thaïlande

par Webmaster 1/10/2011

Politique

Les élections législatives du 3 juillet en Thaïlande ont vu la victoire des partisans de Yingnuk Shinawatra, femme d’affaires de 44 ans, sœur de Taksin Shinawatra, l’ex-Premier ministre renversé par les militaires en 2006 et qui vit aujourd’hui en exil à Dubaï. A la tête de son nouveau parti, le Phen Thaï (parti pour les Thaï), elle a battu le premier ministre sortant Abhisit Vejjajiva, 46 ans, à la tête du Parti Démocrate. Elle était soutenue par le mouvement des « chemises rouges » qui avait été durement réprimé par l’armée.

Elle a été élue Premier ministre le 5 août par la Chambre basse et approuvée par le Roi le 8 août. Elle devient ainsi la première femme Premier ministre dans une Thaïlande secouée par l’instabilité politi-que depuis cinq ans. France-Asie souhaite que cette fois-ci le verdict des urnes soit respecté et que le nouveau gouvernement puisse mettre fin au conflit avec le Cambodge à propos du temple de Preah Vihar.

Poursuite du conflit dans le Sud

Dans le sud de la Thailande, dans les trois provinces près de la Malaisie, une insurrection musulmane, oubliée du reste du monde, a fait 4600 morts en sept ans.

Des groupes armés d’ethnie malaise et de religion musulmane luttent contre l’armée thaï et prolifèrent sur un terreau de frustrations culturelles et de revendications identitaires. Face aux attentats sur les marchés, aux décapitations de moines bouddhistes, aux assassinats ciblés de « collaborateurs », ces trois provinces de Pattani, Yala et Narathinat vivent à l’heure de l’état d’urgence. On dit que la « Jamma Islamiya » (organisation extrémiste indonésienne proche d’Al-Qaida) a essayé de s’infiltrer dans ces groupes d’insurgés. Si la majorité des Malais de ces trois provinces n’a pas cédé à la tentation de l’extrémisme, leur amertume est palpable et ils ont souvent l’impression d’être considérés comme des citoyens de seconde zone.

La nouvelle Premier ministre Yingnuk Shinawatra devra prendre à bras le corps ce conflit. France-Asie pense que la seule solution serait une plus grande autonomie laissée à ces trois provinces pour la gestion locale, une perspective toujours rejetée par les gouvernements de Bangkok qui y voient une menace pour l’unité du Royaume. Le pouvoir central devra bouger car une nouvelle série d’attentats le 16 septembre dans la province de Narathinwat a fait 4 morts et plus de 100 blessés.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..