Bookmark and Share

Lettre de France-Asie n72

par Webmaster 16/01/2017

La Chine fête ses 15 ans à l’OMC

La Chine a fêté le 11 décembre l’anniversaire de son entrée à l’OMC, qui devrait lui permettre d’obtenir le statut d’économie de marché.
Dans les faits, il est bien évident que la Chine n’est pas une économie de marché, de par la forte influence de l’Etat sur l’économie du pays : subventions aux entreprises, fixation des prix, opposition à des concurrences étrangères sur son sol et à la réciprocité, interventions sur les marchés financiers… C’est ce qu’a rappelé une résolution du Parlement européen adoptée à une large majorité en mai par 546 voix pour, 28 contre et 77 abstentions.
La reconnaissance du statut d’économie de marché est censée supprimer les barrières anti-dumping.
Mais ni les USA, ni l’Union Européenne, ni le Japon n’entendent se démunir face aux produits chinois.
Les USA ne veulent rien changer. Quant à l’Union Européenne, pour ne pas s’aliéner un grand partenaire commercial, elle a proposé par l’intermédiaire de la Commission de nouvelles mesures anti-dumping, ces taxes étant applicables à tous les pays et pas seulement à la Chine. Ces nouvelles mesures doivent être adoptées par le Parlement européen et les Etats membres, la date fatidique du 11 décembre devenant en fait un non-événement.

Pékin bloque le rapatriement des profits des sociétés étrangères

Après avoir mis un frein spectaculaire aux projets d’acquisition à l’international des groupes chinois, Pékin resserre son emprise sur les transferts de fonds des entreprises étrangères installées en Chine.
Depuis fin novembre, tout transfert de plus de cinq millions de dollars devra être approuvé par l’Administration Publique des Changes (SAFE). Auparavant, le seuil de contrôle était placé à 50 millions de dollars.
Les groupes étrangers ont vivement contesté cette mesure par l’intermédiaire des Chambres de Commerce des Etats-Unis et de l’Union Européenne. Ces mesures sèment le doute auprès des groupes qui ont investi depuis vingt ans en Chine avec la promesse du Parti Communiste Chinois qu’ils pourraient rapatrier leurs profits.
Les réserves de change chinoises ont baissé de 69 milliards de dollars en novembre et ce, pour le cinquième mois consécutif.
Cette décision donnant un signal négatif aux investisseurs étrangers, a fait passer inaperçu une nouvelle connexion boursière entre Hong Kong et Shenzhen depuis le 5 décembre et baptisée le « Shenehen-Hong Kong Stock Connect ».

Tensions entre la Chine et les USA

Le Président américain Donald Trump nouvellement élu a irrité Pékin en critiquant la militarisation de la mer de Chine du Sud par la Chine et en ayant une conversation téléphonique avec la Présidente de Taïwan.
L’annonce de Donald Trump de se retirer de l’accord transpacifique risque par contre de renforcer la présence chinoise et a permis à Xi Jinping de se poser en champion du libre-échange et en leader dans le Pacifique lors du sommet économique de l’Apec au Pérou le 19 novembre.
En rétorsion, les forces navales chinoises ont confisqué mi-décembre un drone sous-marin dépendant d’’un bateau océanique américain au large des Philippines. Donald Trump a répondu via Twitter en accusant la Chine de voler du matériel américain. Pour prévenir un dérapage, des consultations d’urgence se sont déroulées en coulisse et la Chine aurait accepté de rendre l’engin.
Parallèlement, la baisse continue du Yuan a conduit la Banque Centrale chinoise à vendre ses bons du trésor américain pour soutenir sa propre monnaie. Pékin a perdu son rang de premier créancier des USA après le Japon (1115 milliards de dette américaine contre 1130 pour le Japon).

Présence de France-Asie

Jean-Marie Cambacérès s’est rendu en Chine à Wuhan du 5 au 8 décembre pour faire trois conférences dans le cadre de l’Institut National de Langue Française, dirigé par le professeur Lu Guo Xing, de l’Université de Wuhan.
Une conférence sur le système politique français, une autre sur les relations franco-chinoises depuis 1964 et enfin une dernière sur Sihanouk et l’histoire du Cambodge.
A la fin de ces conférences, une séance de dédicaces a été organisée pour son livre « Sihanouk, le Roi insubmersible », traduit en chinois l’année dernière.
Il a rencontré aussi Philippe Martinet, Consul général de France à Wuhan et a évoqué avec lui les opportunités écono-miques pour la France à Wuhan et dans les provinces voisines.

Attaque terroriste au Xinjiang

En toute fin d’année, le 28 décembre, une attaque terroriste a eu lieu contre le siège local du Parti Communiste, dans le chef-lieu du district de Karakash à une cinquantaine de kilomètres de Hotan, la grande ville au sud d’Urumchi dans le Xinjiang.
Les assaillants seraient entrés de force en voiture dans le siège du Parti et auraient ensuite fait sauter un engin explosif, tuant deux personnes. Les trois terroristes ont été abattus par la police. Il n’est pas encore établi si l’attaque a été le fait d’une cellule autonome de séparatistes ouïgours ou liée à la franchise djihadiste ouigoure du PIT (Parti Islamiste du Turkestan).
Le nouveau secrétaire provincial du Parti, Chen Quanguo, venant du Tibet, a formé une nouvelle « grille sécuritaire », créant des milliers de postes de police à travers la région autonome et recrutant plus de 30000 policiers, afin d’éviter au maximum ce genre d’incidents et de maintenir la stabilité la plus grande possible au Xinjiang en 2017, année cruciale où le PCC doit renouveler à l’automne ses instances dirigeantes au niveau national.

Interdiction du commerce de l’ivoire

Le 30 décembre, Pékin a annoncé son intention d’interdire tout commerce et travail de l’ivoire.
C’est une décision que les organisations de lutte contre le braconnage en Afrique attendaient de longue date. Cette décision de Pékin est vue comme un progrès majeur dans l’effort de protection des éléphants d’Afrique dont la population a chuté de 30% depuis 2007.
Dans le courant 2017, 34 entreprises de transformation de l’ivoire et 143 points de vente devraient cesser leur activité, dont beaucoup dès le mois de mars.

Alerte sur le marché obligataire

Encouragé en 2016 par les autorités de Pékin souhaitant soutenir la croissance, le marché obligataire chinois montre des signes de faiblesse.
Mi-décembre, la Banque Centrale (Banque Populaire de Chine, PBoC) est intervenue en urgence, notamment pour venir en aide à plusieurs institutions financières. Les 16 et 17 décembre, elle a injecté 82 milliards d’euros dans l’économie sous forme de prêts à court terme pour empêcher la propagation de l’incendie et un krach comme celui qui avait frappé les pays d’Asie du Sud-est en 1997.
En effet, les jours précédents, l’annonce de la hausse des taux directeurs américains par la Réserve fédérale (FED), ainsi que plusieurs défauts et fraudes sur des dettes d’entreprises chinoises, avaient déclenché une vague de ventes sur le marché obligataire. Le régulateur a suspendu temporairement les transactions obliga-taires.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..