Bookmark and Share

Lettre France-Asie n59 Corée du Sud

par Webmaster 13/11/2013

Baisse du cinéma coréen

L’accord de libre échange entre la Corée du Sud et les USA dont les discussions ont commencé en 2006 est entré en vigueur en 2012. Les coréens du sud ont cédé aux exigences de Washington qui a conditionné l’accord à la baisse à 73 jours (au lieu de 146) des quotas de diffusion de films coréens dans les salles. De même pour les chaînes de télévision, elles ne doivent plus programmer que 20% de productions locales contre 25% auparavant.

Les résultats se sont vite fait sentir, quelques grands groupes font des films à grand budget, mais le cinéma indépendant disparaît peu à peu sur fond de désengagement de l’Etat. Les festivals coréens, jadis renommés, ont perdu beaucoup de leur intérêt avec le temps, et la proportion des films coréens dans le marché local baisse régulièrement. Les techniciens ne trouvent plus de travail et les jeunes cinéastes peinent à concrétiser leurs projets.

Pénurie d’électricité

Suite à la découverte d’un scandale concernant une affaire de faux certificats de sécurité et de corruption, Kepco (la compagnie d’électricité de Corée), monopole d’Etat, a lancé début août une alerte au risque de pénurie d’électricité. En effet , pour des raisons de sécurité, six des vingt-trois réacteurs nucléaires du pays ont été mis à l’arrêt ainsi que deux centrales à charbon. Pendant l’été, les usines, les services et les citoyens ont été priés de consommer le moins possible d’électricité.

Sur la DMZ

Le 17 septembre, l’armée sud-coréenne a tiré des centaines de balles pour abattre un homme qui tentait de passer clandestinement en Corée du Nord. Il s’agissait de Nam Yong-ho, coréen du sud, 47 ans, qui cherchait à traverser la rivière Imjin qui matérialise à certains endroits la frontière entre les deux Corée.

Le Vice-ministre sud-coréen de la Défensee Baek Seing-Jua a défendu la réaction des garde-frontières, rappelant que les deux pays étaient juridiquement en guerre puisque seul un armistice avait été signé et non un traité de paix.

Les défections sud-coréennes vers la Corée du Nord sont rares. La DMZ (zone démilitarisée) est le plus hermétique du monde avec 250 km de fils de fer barbelés et de mines.

Jean-Marie Cambacérès s’y est rendu plusieurs fois, aussi bien par le nord que par le sud.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..