Bookmark and Share

Dîner-débat D12 le 27 juin 2019.

par Webmaster 3/07/2019

Le 27 juin, dans le cadre nouveau et agréable du Bistro Saint Dominique, une quinzaine de courageuses et de courageux ont bravé la canicule pour venir au dernier dîner-débat du Club D12 avant les vacances d’été.

A l’ordre du jour, le thème : « Pour une souveraineté européenne du numérique » avec Benoît Thieulin ancien président du Conseil National du Numérique.

Avant de passer au sujet du débat du jour, Jean-Marie Cambacérès fit rapidement une analyse de la situation politique après les élections européennes. Il indiqua que la droitisation accrue des pratiques et de l’électorat d’En Marche d’une part et la baisse de La France Insoumise d’autre part élargissait l’espace d’une gauche de gouvernement entre Mélenchon et Macron. Pour relancer cet espace politique : social, démocratique et écologique, il faut s’appuyer lucidement sur le passé, avoir une ligne (programme et stratégie) et une incarnation. Il donna des éclaircissements après de nombreux articles dans la presse déroutant pour toutes celles et ceux qui se situent dans cette démarche. Beaucoup de ces informations sont erronées, indiqua-t-il. Il précisa qu’entre son retour d’Asie (Vietnam, Birmanie) le 14 juin et le dîner de ce soir, il avait vu François Hollande et Bernard Cazeneuve, et qu’il avait eu au téléphone : Michel Sapin, Stéphane Le Foll et Patrick Kanner.

Fort de cela, il proposa au bureau que D12 accompagne les initiatives prochaines de Bernard Cazeneuve et de soumettre à la future AG de fin juillet un texte plus complet dans ce sens. Les présents, transformés en Bureau pour la circonstance, fixèrent les dates et le programme des « Rencontres d’été » les 20 et 21 juillet. Au programme : analyse politique, examen du texte sur les jeunes et du texte refondé « Pour un nouvel élan ». Un programme plus détaillé va être envoyé très rapidement aux « 1000 ».

 

Benoît Thieulin prit ensuite la parole et rappela brièvement son passé politique, et ses références dans le numérique. Il rappela les phase de la révolution numérique dont il pense qu’elle est aussi importante que l’invention de l’imprimerie qui a conduit à la Renaissance. Internet au début était horizontal et égalitaire, mais des plateformes américaines (les Gafa) et bientôt chinoises ont, petit à petit, établi des monopoles mondiaux qui mettent en cause la liberté de tous (fakenews, manipulations politiques) et l’indépendance des Etats. Face à cela, la réponse ne peut être qu’au niveau de l’Union Européenne. C’est un point stratégique pour notre indépendance future. L’Union a pris les décisions et trouvé les financements pour Galiléo, fondamental face au GPS, elle le trouvera aussi pour le numérique. Après la RGPE, il faut poursuivre vers la mise en place notamment : de normes, de contrôle des algorithmes, d’une fiscalité commune. On ne pourra pas faire un google européen, cela est trop tard, par contre il faut investir massivement dans les technologies nouvelles : intelligence artificielle, 5G, ou blockchain et  ne pas craindre de bloquer des concurrents ,chinois par exemple, à court terme même si cela entraine un retard de 2 ou 3 ans dans certains domaines, car c’est stratégique pour l’indépendance future de l’Europe d’avoir notre propre système.

De très nombreuses questions furent ensuite posées à Benoît Thieulin qui y répondu avec son professionnalisme reconnu par tous.

 

Webmaster 29 juin.

Poster un commentaire

France-Asie, Association Loi 1901, 12 rue ernest psichari 75007 Paris.
Copyright © Association France-Asie. All rights reserved. Mentions légales et crédits..